Différence entre combustion VS vaporisation – vaporisateur gpen et cigarette électronique

La différence entre la combustion et la vaporisation de plantes sèches comme le thym, le tilleul, la menthe poivrée, le chanvre / cannabis, la lavande ou toute autre plantes phytothérapique est flagrante et a été en partie étudiée en 2001 dans une fameuse étude sponsorisée par le fabricant du vaporisateur Volcano Storz&Bickel.

Petit rappel pour ceux qui découvrent les vaporisateurs dit pour cannabis mais qui sont en fait pour tout type de plante surtout en France où le cannabis est illégal.

Définition vaporisateur (vaporizer en anglais) / vaporisation

Continuer la lecture de « Différence entre combustion VS vaporisation – vaporisateur gpen et cigarette électronique »

De la vaporisation des différents cannabinoïdes : quelle température pour mon CBD ? Quels réglages ?

La jauge de température du Ace par Xmax

C’est une question qui provoque des débats passionnés dans de nombreux forums dédiés à la vaporisation d’herbes sèches, résines et concentrés. Toutefois ces débats sont plus relatifs à une appréciation personnelle du goût et de la densité de la vapeur plutôt qu’à une réalité scientifique.

Le grand avantage de la connaissance des températures-limites (je veux dire à partir de laquelle un composé est vaporisé, il faut le voir ainsi) est de ce rendre compte à quel point vous pouvez baisser le réglage de votre vaporisateur tout en continuant de bénéficier des effets des cannabinoïdes tels que le CBD. Une nouvelle très douce pour votre gorge car vaporiser n’est pas tousser !

Ci-dessous une traduction (simplifiée et traduite par moi-même) d’une fameuse charte des températures de vaporisation des cannabinoïdes dont vous pourrez trouver l’original ici, c’est une référence bien connue de nombreux usagers de vaporisateurs.

120°CTHCA (decarb) pour ingestion30 mn dans un four+ CBGAConversion du CBG
130°CCBDA (decarb) pour ingestion60 mn dans un four+ T° basse pour vaporisationTerpène β-caryophyllène
140°CCBCA (decarb) pour ingestion60mn dans un four+ vaporisationTerpène β-sitosterol
155°CTHCvaporisationPour la journéeTerpène alpha-pinène
165°C !!!CBDvaporisationPour la journéeTerp 3-carène + β-myrcène
175°C !!!THC delta8 non psychoactifvaporisationPour la journéeEucalytol, limonène, cymène…
185°C !!!CBN (dégradé du THC)vaporisationPour les soiréesCannaflavines
195°C !!!CBE (dégradé du CBD)vaporisationPour les soiréesLinalool
205°C !!!Apparition de benzèneDébut de la transitionvaporisation/combustionTerpinène, bornéol
220°CTHCV (bloque le THC)Transitionvaporisation/combustionTerpineol
220°CCBCTransitionvaporisation/combustionPulégone, quercétine

En jaune, les plus basses températures plutôt utilisées afin de convertir le THC et le CBD en THCA et CBDA qui seront mieux assimilés par ingestion, cependant certains usagers utilisent de telles températures pour profiter des arômes uniquement. Le terme « decarb » est relatif à la décarboxylation, l’action de convertir le CBDA en CBD par exemple.

En vert vous trouverez les températures basses de vaporisation permettant l’extraction des cannabinoïdes principaux, la mention « pour la journée » implique une production de vapeur plutôt faible et des effets modérés mais indéniables !

En rouge vous trouverez les températures moyennes de vaporisation, à ce stade la production de vapeur est plus conséquente et les effets devraient être puissants tout en préservant au mieux les qualités organoleptiques du cannabis. C’est la plage de températures favorite des usagers (usage récréationnel ou/et médical).

En gris, on commence à flirter avec la combustion tout en étant très loin de risquer de brûler, cependant c’est à partir de 205°C que on commence à noter la présence de benzène qui est le signe d’un début de pyrolyse et de transition entre la vapeur et la fumée. On pourra noter aussi la mise à disposition du THCV aux plus hautes températures de vaporisation.

Quelle température choisir ?

La plage de températures sur fond jaune (165°C-205/210°C) correspond aux réglages les plus intéressants pour un compromis entre une production de vapeur satisfaisante et une conservation des goûts et des arômes de vos fleurs de CBD tout en bénéficiant des différentes qualités des différents cannabinoïdes.

Cas particuliers des vaporisateurs pure convection

Il faut noter que certains vaporisateurs à pure convection tels que le FlowerPot Weedeater, SilverSurferVaporizer ou le Herborizer DigiTi utilisent des températures bien plus élevées, celles-ci ne correspondent pas à la température réelle du bol car il y a une déperdition. De plus elles sont fortement influencées par la force de l’inhalation (plus on aspire fort plus la température baisse).

Herborizer ti XL

Cas particulier des résines et concentrés

S’il est possible (mais toutefois déconseillé) de vaporiser jusqu’à 220°C pour les herbes sèches, les températures au-delà seront réservées aux concentrés et résines de cannabis. Elles ne sont pas forcément nécessaires, le Mighty de Storz & Bickel a une température maxi de 210°C et vaporise très efficacement les résines et concentrés. Le dabbing nécessite des températures plus élevées mais c’est une technique particulière. Avec mon enail (clou à huile électrique), j’utilise une plage de températures comprises entre 250 et 280°C. Il est souvent mentionné un chiffre de 710 degrés Farenheit (+375°C!) qui est bien trop haut et chaud, il est souvent utilisé pour le Dabbing mais uniquement car cela ressemble au mot « OIL » mais à l’envers, prière d’éviter un tel réglage qui cramera vos délicats concentrés !

Dabbing !

Les débats passionnés ont tendance à porter bien plus sur les attentes de chacun que sur l’extraction des cannabinoïdes en particulier… une fois que l’on sait quelle plage de températures utiliser, on pourra noter de très grandes différences en goût et densité de vapeur entre 165°C et 205°C (T° basse et haute de la plage « favorite »). En général j’augmente mes réglages de 10 en 10 mais il m’arrive aussi très souvent de n’utiliser qu’un unique réglage pour l’ensemble de la session. Maintenant c’est à vous d’expérimenter afin de trouver les réglages qui vous conviennent le mieux ! Vous devriez être surpris de ce que peuvent offrir les plus basses températures en terme de goût et d’effet, vraiment il faut essayer ! Mais il m’arrive aussi de commencer un bol à 205°C pour un max de vapeur et impressionner mes potes… !

Le Fenix Mini, enfin un vapo alliant portabilité, efficacité et petit prix

Le fabriquant du Fenix Mini est une entreprise du nom de Weecke (Chine). En 2017, sans roulements de tambour, Weecke nous a dévoilé le Mini, un vaporisateur particulièrement compact et très abordable. Des performances pouvant concurrencer les grands noms de la vape grâce à un ingénieux système de chauffe « hybride », c’est à dire procurant à la fois de la convection ET de la conduction. La combinaison de ces deux principes de chauffes permet au Fenix d’offrir des saveurs intactes grâce à la convection et l’apport de la conduction offre une très bonne extraction des principes actifs de vos herbes sèches, résines et concentrés.

Oui le Fenix Mini est un vrai portable ! Réellement petit (5x8x2,5 cm) il tient dans la paume de la main où il est pratiquement invisible. Il se glisse dans une poche sans problèmes et son poids de 135 gr ne devrait pas vous faire perdre vos pantalons !

La chauffe hybride est vraiment intéressante, la convection permet de profiter de longues inhalations savoureuses et la conduction permet d’économiser la batterie tout en offrant une simplicité d’utilisation que seule cette technique de chauffe peut offrir (convection vs conduction).

La production de vapeur de ce petit vaporisateur est tout à fait étonnante bien que le bol soit de taille réduite (0,15gr environ). La température est ajustable au degré prés entre 160 et 221°C.

L’embout buccal a été savamment élaboré afin de refroidir la vapeur et, combiné avec cette chauffe hybride et la taille réduite du bol on obtient une vapeur vraiment très douce et n’agressant pas la gorge. C’est une qualité assez rare et qu’il convient de remarquer. Sans oublier le passage de l’air totalement isolé de l’électronique, il suffit de bloquer l’entrée d’air placée sous le bol pour le vérifier. Et le passage de la vapeur utilisant un tube en verre situé à l’intérieur de l’embout buccal en plastique, en effet l’utilisateur a ses lèvres en contact avec du plastique mais le passage de la vapeur est bien en verre pour sa plus grande part (+ une grille en inox bien entendu).

La batterie pourrait être considéré comme le point faible, plutôt petite (1600 mAh) elle est cependant adapté à ce Mini dont le but est d’être vraiment petit et portable. On peut espérer en tirer entre 8 et 10 cycles de 4mn qui est la durée programmée après laquelle le vaporisateur s’éteint. En général un bol complet que l’on veut savourer nécessitera 2 cycles de 4mn pour une extraction complète du CBD par exemple, cependant il est possible de l’utiliser directement à de hautes températures ce qui réduira la durée de la session (filtration à l’eau recommandée !) ou bien avec de plus petites quantités… La batterie n’est pas remplaçable et se recharge par USB.

Le Fenix Mini est livré avec une coupelle en quartz dans laquelle on peut vaporiser des concentrés, je trouve que cet accessoire ne produit pas une vapeur satisfaisante, je préfère utiliser de la fibre de chanvre disponible ici. De nombreux autres accessoires sont disponibles, cartouches à résine/herbes sèches (pour transporter des bols déjà préparés qu’il suffit d’insérer dans le vaporisateur), hydratubes (pour refroidir la vapeur, il y a un autre modèle à embouchure fine) et les pièces de rechange (grilles, joints, embout buccal).

A mon avis ce vaporisateur est le parfait portable, discret à souhait et suffisamment puissant pour produire une vapeur consistante. Là où je le trouve exceptionnel c’est quant à la douceur incroyable de la vapeur produite à des températures raisonnables (moins de 210°C) c’est une qualité que de nombreuses personnes ayant une gorge délicate pourront apprécier. Si j’ai pris un coup de froid c’est le seul vaporisateur que je tolère sans tousser à mort !

Enfin il ne faut pas oublier son autre principale qualité… son prix, pour en avoir une idée, rendez vous sur lacentralevapeur.com voir le Fenix Mini de Weecke . Une dernière chose… le mien est encore fonctionnel et je l’ai depuis 2017 !

Un article rédigé par un de nos spécialistes en vaporisateur : PPN VolutesOfVapor

AVANT, le vaporisateur ultra-portable par X-Vape Vaporizers

Avant, le vapo ultraportable vu par X-Vape

X-Vape Vaporizers est une marque basée en Californie dont les produits sont fabriqués en Chine, par TopGreen Technology qui est aussi le fabricant des vaporisateurs de la marque X-Max. Cependant X-Vape n’est pas seulement un « rebrand » ou un autre nom de la marque sœur mais ils ont bien créé leurs propres modèles originaux comme le Fog pour les herbes sèches et le Vista Mini 2 pour les concentrés.

Le Avant est aussi un design original X-Vape, il répond au souhait d’offrir un vaporisateur réellement petit mais toutefois sans concessions question performances, une réussite cependant méconnue… C’est pourquoi je pense qu’une courte présentation de ce produit s’impose. J’ajouterai que j’en possède un exemplaire offert par le fabricant pour tests et revue lors de sa sortie en 2018.

C’est surtout grâce à sa taille que le Avant entre dans la catégorie des ultra-portables, 10×3,3×1,6cm, suffisamment petit pour que quiconque ne puisse le distinguer dans votre main fermée. Avec un poids de 70gr qui ne devrait pas vous encombrer outre mesure.

Car, mis à part sa petite taille, il a tout d’un grand :

  • 5 niveaux de température de 180 à 220°C (par palier de 10°C) parfaitement adaptés pour la vaporisation de cannabis légal riche en CBD
  • un passage de la vapeur en céramique (embout buccal magnétique)
  • un passage de l’air isolé de l’électronique
  • un bol large en céramique blanche pouvant contenir jusqu’à 0,2gr
  • charge rapide par USB (utilisable pendant la charge)
  • un boîtier en aluminium
  • une autonomie de 8 à 10 cycles
  • la durée d’un cycle est de 3 minutes et 30 secondes
Températures vaporisation Avant X-Vape

Bien entendu il s’agit d’un vaporisateur à conduction, cette technique de chauffe est en effet plus adaptée à la batterie de capacité réduite (1200 mAh) étant donné sa petite taille. Il est utilisable pendant la charge.

Il chauffe aussi très rapidement, il atteint la température maximale de 220°C en moins de 30s. Il offre une vapeur assez douce malgré le court passage de la vapeur, une qualité apportée par l’embout buccal en céramique, en effet la masse de la céramique refroidit efficacement la vapeur même à température maximale. Le goût est pur, il n’y a pas de goûts de plastique ou de solvants. MikesVaporizerReview a rédigé un test complet (en anglais) du Avant par X-Vape.

Photo: MikeVaporizerReview 

Il est vendu à moins de 60€ ce qui en fait un des vaporisateurs portables à batterie les moins cher du marché. Il est livré avec une brosse de nettoyage, un outil pour tasser/touiller et un câble USB. Chez LCV il a une garantie de 2 ans ce qui est énorme pour ce type de produit « premier prix », ce qui donne une idée de la confiance qu’a ce revendeur dans ce vaporisateur !

Un article rédigé par un de nos spécialistes en vaporisateur : PPN VolutesOfVapor

Vaporisateur Skinny Storz & Bickel

Storz & Bickel le fabricant allemand, pionnier dans le monde de la vaporisation semble sortir un nouveau vaporisateur portable 100% convection, le Skinny.

L’info n’est pas certaine et a transpiré sur Reddit le 2 juin 2021 :

Le Skinny, le nouveau vaporisateur portable convection de Storz&Bickel

Cette capture d’écran est issue d’une étude marketing menée récemment par Storz&Bickel online.
Le texte en anglais du vaporisateur Skinny annonce une vaporisateur pour plantes et résines (de CBD entre autre) qui chauffe en 30 secondes.
Vaporisateur 100% convection, le Skinny sera équipé d’une batterie 18650 amovible offrant 3 à 4 sessions de vape.

Les températures sont réglable via Bluetooth et l’application Android.

Peu d’infos sont disponibles pour le moment sur le Skinny, et le nom comme la forme pourrait tout à fait être amenés à changer… affaire à suivre.

DYNAVAP 2021 : Quelles Nouveautés ?

DynaVap ne cessera jamais de nous étonner et de nous impressionner, c’est sûrement un des rares fabricants ayant continué à innover et sortir de nouveaux produits malgré la situation de pandémie mondiale.

En 2020, en plus du Orion (système à induction), DynaVap avait sorti la version du VapCap appelé M 2020, les améliorations apportés à ce produit phare étaient, sans conteste, les plus importantes jamais apportées : entrée d’air sous forme de 2 fentes dîtes « chirales », captive Cap, re-design du corps, embout buccal compatible avec des joints en 10&14mm et la fameuse fonction Adjust-a-Bowl permettant de diminuer la capacité du bol de moitié. Ici mon article à propos du M2020 .

Toutefois une autre importante amélioration m’avait échappé, elle concerne tous les modèles de vaporisateursDynaVap… Il s’agit d’une amélioration apportée au Cap qui a son importance principalement lorsque l’on utilise son DynaVap avec un système de chauffe par induction tel que le ClickAndGo par Katalyzer ou le Orion de Dynatec  (DynaTec, systèmes à induction DynaVap).

Système à induction Orion de Dynatec (photo Reddit)

Une chauffe plus rapide (le « clic » se déclenche plus rapidement), une meilleure diffusion de la chaleur à basse température offrant des lattes plus denses à ces températures et ceci préserve aussi les herbes ou résines d’une extraction trop rapide (et moins savoureuse). Ce nouveau Cap change vraiment la donne. Ici un lien en Anglais concernant les différences entre les nouveaux et les anciens Cap : Cap variance .

Cette année DynaVap ne nous a pas gratifié d’un ou deux nouveaux modèles… mais bien de trois nouveaux vaporisateurs soit un pour chaque niveau de la gamme, il y en a pour toutes&tous, du plus abordables (M2021) au haut de la gamme (2021 Omni) en passant par des prix intermédiaires (Vong). Ci dessous, une petite présentation de chaque modèle.

Le M 2021

photo de VaporizerWizard

La lignée des vaporisateurs M a débuté en 2017, chaque année DynaVap nous a gratifié d’un nouveau modèle, un constant souci de perfectionnement très appréciable et un prix très attractif. La page concernant ce vapo chez LCV, ici et ci-dessous les fonctionnalités du M2021 :

Tip facetté à dentelure ( le bol à herbes / résines) avec un tirage redessiné

Technologie Adjust-a-bowl permettant de réduire la taille du bol de 50% pour du micro dosing

Double entrée d’air dites « Chiral », c’est à dire asymétriques pour une injection d’air à haute turbulence

Embout buccal d’un diamètre de 10 mm pour certains filtres à eau

Nouveau Cap appelé « Captiv Cap« 

Le 2021 VonG

photo de VaporizerWizard

Avec le VonG, DynaVap a résolument simplifié sa gamme, ce vaporisateur portable très petit (92mm) et léger (15,7gr) est le digne successeur de la gamme des VonGs comprenant l’HydraVonG, l’OmniVonG et le NonaVonG. Les fonctionnalités de ces trois fameux vapos résumées en un magnifique objet alliant bois et titane de qualité médicale… Le VonG, une belle réussite que je me suis offert sur LCV , ci-dessous ce qui rend ce vaporisateur si intéressant :

Tip facetté à dentelure ( le bol à herbes / résines) avec un tirage redessiné

Technologie Adjust-a-bowl permettant de réduire la taille du bol de 50% pour du micro dosing

Entrée d’air réglable par rotation

Embout buccal adaptable sur tout filtre à eau équipé d’un joint 10mm ou 14mm

Partie en bois encerclée dans deux bagues en titane facettées

Nouveau Cap appelé « Captiv Cap« 

Le 2021 Omni

photo de VaporizerWizard

C’est définitivement le haut de gamme de chez DynaVap, Le 2021 Omni est une version luxueuse et performante du populaire « M », composé intégralement de titane. Ce métal apporte légèreté, solidité et une très bonne conduction de la chaleur ce qui signifie qu’il chauffe plus rapidement que la version en acier inox, mais aussi qu’il refroidit plus rapidement ce qui permet de préserver les saveurs. De plus vous verrez ci-dessous qu’il y a d’autres innovations qui rendent ce vaporisateur d’herbes, résines et concentrés si particulier… :

Nouveau Cap appelé « Captiv Cap« 

Tip facetté à dentelure ( le bol à herbes / résines) avec un tirage redessiné

Technologie Adjust-a-bowl permettant de réduire la taille du bol de 50% pour du micro dosing

Double entrée d’air dites « Chiral », c’est à dire asymétriques pour une injection d’air à haute turbulence

Embout buccal avec indicateur visuel, pour l’ajustement du omni condenser

Condenser à texture hélicoïdale, pour un refroidissement optimal de la vapeur

DynaVap a décidément frappé très fort en cette année 2021 brisant la morosité ambiante par la sortie de ces 3 superbes vaporisateurs, les plus innovant que le DynaLab ait sorti depuis leur principale trouvaille … le Clic !

A ce jour je n’ai testé que le VonG, il est mon 3ème DynaVap après l’Original et le M2017… mais il a ravivé mon intérêt pour les VapCaps ! Tout particulièrement combiné avec le ClickAndGo, le nouveau Cap offre une perspective de goûts et de saveurs bien plus larges qu’avec mes vieux modèles… et une densité de vapeur à basse température tout à fait étonnante !

Un grand bravo à toute l’équipe de chez DynaVap !

Da Buddha vaporisateur – test et avis

Au 7ème ciel… avec 7thFloor Vehicles !

Malgré une longue expérience avec de très nombreux vaporisateurs (+ de 140!) je n’avais jamais eu l’occasion d’essayer les vaporisateurs de 7thFloors. Il y a quelques semaines  la Centrale Vapeur m’a donné l’occasion de tester le vaporisateur Da Buddha Vaporizer sur le long terme.

Le test de ce vapo « old school » a été un réel plaisir, j’avais oublié à quel point un tuyau d’inhalation rafraîchit la vapeur !

Avant tout une petite présentation du fabriquant, 7thFloor (7thfloorvapes.com) est une des plus anciennes entreprises à avoir mis les pieds dans le plat (ou dans le bol!), un vrai dinosaure de la vape mais une valeur sûre utilisant une technologie simple mais rudement efficace !

DaBuddha avec Aroma Top pour la diffusion d’huiles essentielles, comme on peut le voir, il est possible de vaporiser en même temps.

En effet leurs 4 vaporisateurs de salon (Super Silver Surfer, Silver Surfer, DaBuddha et Life Saber vaporizer) partagent le même système basé sur un élément chauffant en céramique et un passage de l’air totalement propre.
Un simple bouton rotatif permet à la fois de mettre en marche le vaporisateur et de régler la température. Une pièce en verre amovible vient couvrir l’élément chauffant en céramique avec, à son extrémité, un joint en verre de 18mm qui permet à l’utilisateur d’insérer le « Wand » dite baguette de transfert ou tube en verre qui contient le bol (où on met les herbes sèches, résines ou/et concentrés). Un tuyau en silicone médical est ensuite inséré dans une extrémité de la« Wand » afin d’avoir une vapeur plus douce, refroidie par la longueur du tuyau. Un embout buccal se fixant sur une extrémité du  tuyau est inclus dans l’offre de base. Enfin il est livré dans un sac de transport matelassé très pratique.

Le DBV est arrivé sur le marché après le Silver Surfer (ou SSV) car il y avait une certaine demande pour un produit plus abordable niveau prix. Le SSV est complètement assemblé aux USA, le DBV aussi mais nombre de ses composants sont produits en Chine alors que le SSV est un produit 100 % USA.
De plus son design est plus simple et plus facile à réaliser ce qui permet à 7thFloor d’offrir un produit digne de sa réputation à un tarif bien plus attrayant pour le client. Ce modèle a moins d’accessoires dédiés que son grand frère le SSV, toutefois on peut acquérir un kit à concentrés transformant le DBV en véritable « e-nail », un système dédié à la vaporisation de purs concentrés utilisés seuls et l’Aroma-Top dédié à la diffusion d’huiles essentielles dans la pièce.
De plus j’ai constaté que la plupart des accessoires du SSV sont compatibles avec le DBV, les différents « Wands »/tubes d’inhalation et couvres-céramique par exemple. Enfin 7thFloor offre aussi un kit main libre très pratique.

Question performances le DBV peut sans contestation rivaliser avec des modèles beaucoup plus récents. La puissance de chauffe de l’élément en céramique est telle que la combustion est possible sous certaines conditions : hautes températures, débit d’inhalation trop faible et herbes très (trop) sèches, cependant avec un peu d’attention je n’ai eu aucune combustion à déplorer.

La vapeur est très adoucie par la longueur du tuyau d’inhalation en silicone médical (très neutre, pas de goût de plastique) et permet de profiter des saveurs sans être gêné par des toux intempestives ou autres irritations de la gorge. Les différents profils de saveurs s’expriment pleinement à des températures modérées, à des températures plus élevées vous obtiendrez une vapeur plus dense mais cependant les différences entre les variétés seront moins discernables. Je suggère de débuter avec le bouton à 17h30 ou moins afin de laisser s’exprimer toutes les saveurs de vos herbes. Il est possible de vaporiser des résines ou concentrés sur un lit d’herbes sèches ou de fibres de chanvre, ou bien sur un de ces disque à concentrés en céramique.

Voici une vidéo expliquant le principe d’utilisation : Utilisation du DBV

Pour conclure je dirais que le Da Buddha Vaporizer (ou Vehicle comme 7thFloor l’appelle maintenant) est une valeur sûre utilisant une technologie simple mais efficace.
Ici un petit lien vers notre partenaire Cannaweed avec une discussion à propos du DBV.

Parfait tout autant pour des sessions solo que pour partager avec des amis et un des vaporisateurs de salon les plus abordable du marché, disponible chez LCV ici ( Da Buddha Vaporisateur chez LCV)

Un article rédigé par un de nos spécialistes en vaporisateur : PPN VolutesOfVapor

TinyMight le vaporisateur venu du froid

… qui change les règles du chaud!!

C’est en Finlande, fin 2019, qu’a vu le jour la société à l’origine du Tinymight ( site du fabricant ). Ce vaporisateur pure convection et avec latte à la demande a très rapidement convaincu les plus pessimistes. De simples mais judicieuses idées ont mis la pure convection sur demande à la portée de tous. En effet il existe de nombreux modèles utilisant ce principe de chauffe cependant ils ont, en général, le défaut d’être assez difficile à faire bien fonctionner de prime abord pour le néophyte. Le Tinymight est une vraie réussite qui devrait permettre à de nombreuses personnes de quitter la combustion. Ici un lien vers le fil consacré au Tinymight sur Cannaweed (lien Tinymight sur Cannaweed ).

C’est un vaporisateur portable de taille relativement petite qui tient dans la poche (80x56x30mm), derrière un design simple mais fonctionnel se cache une puissance de chauffe phénoménale et de nombreuses fonctionnalités intéressantes. Corps en bois de chêne avec les parties, basse et supérieure, en aluminium.

l’élément chauffant très puissant (photo Cannaweed @touf2n)

Avant tout le Tinymight est un vaporisateur pure convection fonctionnant sur demande, c’est à dire qu’il ne chauffe que quand on presse le bouton d’activation cependant il offre la possibilité d’avoir une chauffe « par session » qui consiste à maintenir une chauffe stable pendant la session (voir le manuel de l’utilisateur, ici). Ce système de chauffe implique de longues et profondes aspirations, cependant je recommande de tirer assez fort pour un résultat optimal. Il est très puissant et il pourrait éventuellement produire une combustion sous certaines conditions et en utilisant les plus hautes températures.

Les fonctionnalités de ce modèle offrent une facilité d’utilisation innovante bien qu’un temps d’adaptation soit nécessaire. Il utilise à la fois des leds et des vibrations pour informer l’utilisateur de l’état de la batterie, la progression de la chauffe et pour l’activation du vapo. Il est possible de désactiver les vibrations mais je ne le recommande pas car c’est vraiment très utile.

Pour régler la température il y a un potentiomètre  sous le Tinymight avec des incrémentations de 1 à 10 permettant d’ajuster la température entre 121°C et 240°C, simple mais efficace ! L’élément chauffant est en acier inoxydable pour un rendu des saveurs optimal. La large fourchette de températures permet la vaporisation efficace de résines et concentrés.

Le potentiomètre permettant de régler la température (photo Cannaweed @touf2n)

La batterie est puissante (Sony vtc6, 3000mah), remplaçable et se recharge par micro-usb toutefois je recommanderai de s’équiper d’un chargeur externe car je trouve que le vapo à tendance à chauffer un peu pendant la charge.

Le bol est situé dans une des extrémités de l’embout buccal en verre comme pour le Arizer Solo. Cet embout se glisse dans l’unité de base et il reste fermement maintenu en place. Le volume du bol est ajustable, il suffit de pousser l’unité de refroidissement (avec la grille du bol) plus ou moins profondément dans le tube. Comme son nom l’indique cette unité a pour tâche de refroidir un peu la vapeur plutôt chaude du Tinymight Elle consiste en pièces d’acier inox, grilles et joints en silicone.

Le tube d’inhalation et l’unité de refroidissement en place (photo Cannaweed @touf2n)

Je trouve la vapeur du Tinymight assez chaude mais cependant facile à inhaler. Je sais que cela peut paraître contradictoire mais c’est mon expérience: cependant l’utilisation d’un bang ou d’une quelconque filtration adoucit la vapeur… Sans cela le TM, procure des sensations proche de la combustion. Non pas question goût, là on reste en plein dans la vape que l’on aime, mais plutôt rapport à sa production de vapeur tout à fait impressionnante et à l’utilisation sur demande procurant une réelle liberté de vaporisation ! Il est disponible sur LaCentraleVapeur ici.

Le Tinyight a définitivement changé les règles du jeu de la vaporisation d’herbes sèches et de concentrés.

Un article rédigé par un de nos spécialistes en vaporisateur:
PPN VolutesOfVapor

Limpuro: c’est quoi, à quoi ça sert ?

Un nettoyant bio mais aussi une large gamme d’autres produits intéressants…

Quand on fait ses premiers pas dans la vaporisation d’herbes sèches, résines et concentrés, on s’aperçoit rapidement que la « vapeur » n’est pas de la vapeur d’eau mais plutôt une sorte d’aérosol composé de fines gouttelettes des différents principes actifs que nous pouvons trouver dans les différents types de plantes. Les plantes résineuses ont tendances à produire une vapeur plus consistante qui se visualise mieux. Elles ont aussi tendance à créer un film de résine qui c’est re-condensé (au contact de la paroi plus froide) à l’intérieur de vos différents tuyaux flexibles d’aspiration, tubes d’inhalation en verre, embouts buccaux et surtout dans vos pipes à eaux souvent particulièrement laborieuses à nettoyer. En plus de ce problème vient s’ajouter celui des particules d’herbes passés dans votre bang ou votre tuyauterie et celui du calcaire qui se redépose au fond des pipes à eaux (vous savez c’est ce dépôt blanchâtre et rugueux dans le fond…).

C’est ici qu’interviennent les différents produits Limpuro. Certains pour le nettoyage de différents accessoires, mais aussi pour la désodorisation des pièces et enfin des accessoires de nettoyage. Leur credo est de proposer des nettoyants simples d’utilisations mais très efficaces, 100 % biodégradables et sain pour la santé de l’utilisateur. Certains de ces produits sont labellisés « Bio », ils sont tous fabriqués en Allemagne.

Un bang propre permet de mieux apprécier les saveurs de vos herbes

Leur gamme est  large et je vous inviterai donc à visiter leur site internet afin d’en connaître l’étendue : limpuro.de/fr/

Toutefois une petite présentation de leurs principaux produits s’impose :

– LE Limpuro, c’est l’original et l’idée à partir de laquelle tout le reste de la gamme est issu, bio et simple d’utilisation (pas besoin de brosser), disponible ici en 100ml (existe en 250ml et 1L)

– Le Anti-Calcaire qui permet de résorber ce dépôt blanc au fond de vos bangs, indispensable si votre eau est calcaire, disponible ici en 100ml

– Le Limpuro Grinder Cleaner, destiné au nettoyage des grinders et autres broyeurs d’herbes sèches, une nouveauté chez LCV, disponible ici en 50ml

– Leurs accessoires de nettoyage comme les bouchons pour Bangs (en 14 et 18mm) et la B-Buddy, une brosse métallique parfaitement adapté à la tâche à accomplir.

– Les désodorisants afin de ne pas déranger les voisins de palier

– Des produits nettoyants à usage spécifique (Shisha, désinfection des espaces de culture et Anti-Lime pour la brillance)

– Un additif à ajouter à l’eau du bang afin d’éviter les dépôts de goudron (Pipe-Limo)

Les produits Limpuro sont particulièrement adaptés aux adeptes de la vaporisation qui ne veulent pas se prendre la tête avec des nettoyages long et compliqués à l’aide de multiples produits (alcool, vinaigre, savon) et de beaucoup d’huile de coude. Avec le Limpuro vous n’avez besoin que du Limpuro, de l’eau chaude et un peu de temps pour laisser agir. De temps en temps peut être un peu de Limpuro anti-calcaire (si besoin) serait éventuellement le seul autre produit dont vous pourriez avoir besoin.

Un Bong/tuyau d’inhalation/tube en verre propre vous permet d’apprécier vraiment les différentes saveurs que dévoile la vaporisation, sur ce : Bon nettoyage !

Le vaporisateur Starry 3.0, un portable solide !

X-Max Vaporizers est une marque du Fabricant chinois TopGreen, cette marque est parfois revendue sous un autre nom (« rebrand ») mais parfois ce sont des copies attention donc si vous ne voyez pas la mention Xmax. Il n’y a pas de site internet où un utilisateur pourrait commander directement au fabriquant.

Déjà X-Max avait étonné la vaposphère lors de la sortie de son tout premier vapo en 2015, le X-Max V2 Pro, un « vape pen » pour herbes sèches à batterie remplaçable (voir plus à propos du V2Pro ici). Le V2 Pro était déjà en avance sur son temps, mais lors de la sortie du Starry en 2017, TopGreen/X-Max nous a prouvé qu’il était un  constructeur remarquable capable de créer des vaporisateurs propres, performant, stylés et solides. De plus la portabilité est et restera, chez TopGreen, un facteur important, le Starry V3 en est l’exemple le plus marquant.

Il y a eu plusieurs versions et la version 3.0 est l’aboutissement d’une étroite collaboration entre le fabricant et les « beta-testeurs » dont j’ai eu l’honneur de faire partie. Je ne parlerai donc que de cette dernière version.

Le Starry est relativement petit (110x35mm) et sa forme est pratique pour le glisser dans une poche. Sur la partie supérieure se trouve le capuchon du bol avec son embout buccal rotatif en zirconium. Ce capuchon est maintenu en place à l’aide d’aimants puissants. La partie inférieure du capuchon présente un filtre que l’on peut retirer pour le nettoyage (attention, ne pas mettre à tremper dans l’ISO le capuchon en entier mais uniquement les parties en céramique, le support en silicone et les grilles en métal).

Le bol est de forme ovale pour une meilleure conduction (voir la définition ici), c’est la méthode de chauffe la plus simple pour débuter car il n’y a pas de technique à proprement parler. En effet, après avoir allumé l’appareil, il suffit de régler la température de son choix grâce aux boutons + et – situés sur la tranche (avec l’écran LCD et le bouton d’activation), dès que la température choisie est atteinte le vapo vibrera brièvement afin de signaler qu’il est prêt. Il suffira alors d’inhaler doucement plus ou moins longtemps. Le bol contient environ 0,2-0,25gr d’herbes sèches, il est possible de réduire cette quantité en insérant tout d’abord le pad à concentrés et l’herbe ensuite, cela réduira la taille du bol de 50 % environ. Il est conseillé de le vider après chaque utilisation et de le nettoyer à l’aide de la petite brosse après qu’il ait refroidi.

La partie inférieure du Starry présente un clapet permettant le remplacement de la batterie (Samsung, 2600mah), c’est une fonctionnalité particulièrement intéressante et qui devrait permettre d’utiliser ce vapo pendant plusieurs années la batterie étant, en général, le premier élément à faillir. Une charge vous permet environ 8 à 10 cycles de 5mn en fonction de la température utilisée. Il se recharge en 2 heures environ.

Le Starry dispose de nombreux accessoires très utiles tel que les cartouches à résines ou concentrés,   adaptateur pour pipes à eaux, hydratube, ainsi que de nombreuses pièces de remplacement (grilles, batteries, bloc/capuchon avec embout,…). Ici un petit lien vers ce très bon portable à un prix vraiment abordable : Starry V3.

Personnellement j’utilise toujours mon Starry, soit en déplacement, sa taille et son design en faisant un vapo super discret, soit pour vaporiser des résines compressées, il est vraiment efficace pour ce job, soit pour partager un bon gros bol , connecté à un bang / bong, dans le jardin avec des potes.

Un article rédigé par un de nos spécialistes en vaporisateur:
PPN VolutesOfVapor

Le CBD, effets, utilisations et dosages

Le CBD, effets, utilisations et dosages

Le CBD est un cannabinoïde, c’est à dire que c’est un composé présent dans le cannabis à plus ou moins fortes concentrations en fonction des variétés de cannabis. Le cannabis légal, en France, peut contenir certains cannabinoïdes dont le CBD à condition que la plante contienne moins de 0,2 % de THC, ce composé est en effet interdit dans des concentrations supérieures en dehors de certaines expérimentations médicales autorisées. Le THC produit des effets psychoactifs, le CBD ne produit pas d’effets psychoactifs mais il n’est pas dénué d’autres effets intéressants…

Attention cependant, si la fleur de chanvre contient moins de 0,2% THC il est pratiquement impossible qu’elle contienne plus de 10% de CBD.

A ce jour en France (printemps 2021) si une fleur contient plus de 10% de CBD et moins de 0,2% de THC, cette fleur à été d’une traitée pour dégrader le THC et par effets ricochet certains cannabinoïdes donc effets d’entourage degradés.

Idem pour une fleur contenant du CBD mais 0% de THC.

Il se présente sous plusieurs forme : fleurs séchées pour tisane ou à vaporiser, gélules à ingérer, flacons d’huile en gouttes sublingual (sous la langue), booster pour e-liquid au CBD, wax/shatter/hasch à vaporiser et cristaux de CBD purs à…99 %!

A quels effets s’attendre ? Il est évident que les effets du CBD sont plus subtils que ceux du THC et leur intensité dépend de certains facteurs comme la corpulence (surtout en consommation orale), la réceptivité (les mêmes doses ne vont pas faire les mêmes effets en fonction des personnes) et de la méthode d’administration (la digestion induit une perte d’efficacité…). Cependant, bien que le dosage ait un rôle il ne faut pas espérer qu‘une dose 2 fois plus forte produise des effets relatifs (cela pourrait même être le contraire), il est même recommandé de commencer avec une très petite dose et augmenter jusqu’à ressentir les effets.

Nous y sommes… les effets du CBD sont variés mais dans l’ensemble on ressentira tout d’abord un léger « buzz », sentiment de légèreté, vaporeux mais sans endormissement suivi par un effet plus physique de relaxation musculaire, comme dans un bon bain chaud après le sport. Parfait pour lutter contre l’anxiété et le stress. Au-delà de ces effets relaxants, et à dose légèrement plus élevée, le CBD peut procurer d’autres bénéfices tels qu’une action contre les douleur chroniques de faible à moyenne intensité ou permet aussi de lutter contre l’insomnie et les troubles du sommeil à plus forte dose. Ici un petit lien vers un autre bon article sur le CBD : CBD: Quel est le bon dosage pour vous?

L’avenir du CBD devrait rapidement s’éclaircir en France, il est déjà disponible au tabac au coin de la rue et sur la toile mais la production était jusqu’ici interdite et les revendeurs devaient se fournir à l’étranger… ce paradoxe devrait bientôt disparaître avec une nouvelle législation permettant la culture de cannabis avec moins de 0,2 % de THC. De plus de nouvelles variétés beaucoup plus riche en CBD que précédemment apparaissent sur le marché… à découvrir aussi le CBG.